S'abonner
La boutique
Les forums
Les photos
Les vidéos
Météo
Contact

 

 

 

 
Pêche en barque sur le lac de la Plate Taille et sur le lac de l’Eau d’Heure
 
Cela bouge enfin… Pour de bon cette fois ?
 
Chers lecteurs,
 
Peut-être vous souviendrez-vous de l’éditorial de notre numéro de janvier dernier et des encadrés sur fond rouge qu’il a initiés en haut de la page des éditoriaux de ce même numéro et du numéro de mars dernier. Pour rappel et pour faire bref, j’y dénonçais la véritable injustice que représente l’interdiction de pêche en barque sur les deux plus grands plans d’eau du pays, à savoir le lac de la Plate Taille et le lac de l’Eau d’Heure et par là même la discrimination dont les pêcheurs sont l’objet depuis de trop nombreuses années à cet égard. Et en « chiffres de feu » figurait, sur la page de cet éditorial et ensuite sur celle de l’éditorial de notre numéro de mars, le nombre beaucoup trop élevé de jours qui nous séparait de la conférence de presse de mars 2012, au cours de laquelle l’ensemble des associations de pêcheurs œuvrant à l’échelle de la Belgique francophone et de la Wallonie – ainsi que les structures halieutiques locales – avaient interpellé nos autorités à ce sujet.
 
Il semblerait que tout cela porte ses fruits ou, en tous cas, que cela a fortement contribué à débloquer un dossier en souffrance depuis des mois, tout du moins pour ce qui concerne le lac de la Plate Taille. En effet, le 20 mars dernier, nous étions conviés à une réunion au cabinet du Ministre Carlo Di Antonio, à l’initiative de ce dernier et du Ministre René Collin. Ces deux ministres regroupent l’ensemble des compétences concernées par notre problématique : la gestion des infrastructures liées aux voies hydrauliques (dont font partie les lacs de l’Eau d’Heure), la navigation, la pêche et enfin le tourisme. Outre les représentants des pêcheurs, étaient également présents autour de la table : les représentants des activités de loisir déjà en place sur le lac de la Plate Taille (club de plongée, club de voile, centre ADEPS, Espace Fun et Crocodile Rouge), les représentants des administrations (DGO2 et DGO3) et des cabinets ministériels concernés et un représentant de l’ASBL Les Lacs de l’Eau d’Heure, gestionnaire du site côté tourisme.
 
Au niveau des cabinets ministériels, la volonté de progresser réellement dans ce dossier était clairement perceptible. Enfin ! Par contre, à une exception près, du côté des représentants des activités de loisir en place sur le lac de la Plate Taille, ce fut à nouveau la fermeture et le rejet, les uns et les autres jugeant que la pêche en barque est difficilement, voire totalement, incompatible avec leur activité. Egoïsme quand tu nous tiens… On parvint malgré tout à un accord : une phase expérimentale d’une durée d’un an au cours de laquelle la pêche en barque sera autorisée sous certaines conditions. Si tout se déroule bien, entendez par là sans problème majeur, les conditions de pratique de la pêche en barque seront assouplies à l’issue de cette phase expérimentale, notamment l’horaire de pêche, qui devrait être élargi. Notre magazine consacrera bien entendu un article détaillé à ce sujet au moment voulu.
 
Mais un problème majeur demeurait, à savoir déterminer l’endroit où les pêcheurs pourraient procéder à la mise à l’eau de leur embarcation. Au terme de la réunion, décision ferme fut prise d’aménager une nouvelle rampe de mise à l’eau pour les pêcheurs. Dans le courant du mois de mars, le Ministre René Collin s’était déjà prononcé à deux reprises en faveur de ce nouvel aménagement si aucune solution ne se dégageait avec les rampes de mise à l’eau existantes. Car des mises à l’eau, le lac de la Plate Taille n’en manque pas. Il en possède trois. Oui mais voilà, deux d’entre elles sont entre les mains d’acteurs déjà présents sur le plan d’eau et qui ont signifié leur refus de les partager avec les pêcheurs. Un grand merci à eux ! L’autre a été rendue pour ainsi dire inaccessible en raison du développement du parc résidentiel en rive nord du lac.
 
Il y a bien entendu de quoi être satisfait à l’idée que les pêcheurs disposeront de leur propre rampe de mise à l’eau sur le lac de la Plate Taille. Il est néanmoins regrettable qu’il faille à nouveau engager des dépenses et perdre beaucoup de temps parce que des rampes aux dimensions pharaoniques, clairement sous-utilisées et réalisées avec des deniers publics, ne profitent qu’à un nombre très faible de personnes. Comment a-t-on pu aboutir, aux lacs de l’Eau d’Heure, à une telle situation ? Aussi, si les pêcheurs peuvent, à travers le Fonds Piscicole, contribuer à la réalisation de cette nouvelle rampe de mise à l’eau, il serait totalement inconcevable qu’ils soient les seuls à mettre la main au portefeuille. Les représentants des pêcheurs y veilleront, eux qui restent par ailleurs sur leurs gardes ; dans ce dossier, des rebondissements sans suite, ils en ont connus plus d’un…
 
Bruno Chermanne
Rédacteur en chef
 
 
Sommaire
 
CARNASSIERS
Les grands aspes de la Loire et leur traque
 
COMPETITION
Coup – Hameçon d’Or : Luc Thijs adoubé par ses pairs
Coup – En tête-à-tête avec Kristof Huts
Calendrier des concours
 
COUP
Un duo
 
GESTION
Etangs de Strépy : un nouvel élan pour la pêche
Star malgré elle
Le parfait castor
 
MER
En surf-casting à la côte belge – 1. Les paramètres de base
Tableau des marées
 
MOUCHE
Réservoir – Réussir en petit réservoir face à des poissons difficiles
La Mouche du mois : la Violine
 
REGLEMENTATION
Le coin du garde-pêche
 
TOURISME-PECHE
Slovénie : la perle alpine
 
EN PAGES CENTRALES
Notre dossier « Etangs et lacs de Wallonie »

 

 

Rejoignez nous aussi sur